Back

Restaurer les fondements de la gestion de fortune

Article paru en Novembre 2017 dans la Tribune Mensuelle des Membres du GSCGI.

La gestion de fortune pratiquée partout dans le monde, telle que nous la connaissons est désormais obsolète. Le temps du conseil en face à face, orienté produits, est maintenant dépassé. Le client de la Nouvelle ère, de nouvelles options numériques comme les plates-formes de robot-conseil, et de nombreuses nouvelles réglementations contribuent ensemble à transformer complètement le terrain. Le secteur suisse de la banque privée, riche de décennies d’expérience en gestion de fortune, est en route pour ces nouveaux horizons avec une énergie et une vigueur renouvelées. La transformatlon est déjà avancée et je suis persuadé que la route est difficile, mais que les opportunités sont grandes… si on progresse correctement et dans les délals.

Le conseil hybride numérique, différencié selon l’expérience du client, existe déjà. Ce modèle est tellement différent de ce que la plupart des banques privées ont construit qu’il exige une nouvelle manière de penser et de nouveaux outils.

Ce changement est imputable à des tendances majeures qui convergent:

1. La concurence s’intensifie

Sur un marché mature, où tout le monde recherche de nouvelles opportunités de croissance, d’autres établissements financiers ont élargi leur posltion aux banques privées traditionnelles. Les plates-formes de gestion de portefeuille purement numériques, comme Wealthfront et Betterment, sont encore balbutiantes. Les acteurs non financiers et les gestionnaires de fortune en ligne devraient gagner du terrain au cours des prochaines années, les acteurs non financiers progressant de 20 % et les gestonnaires de fortune en ligne de 30 % d’ld 2018.

Google s’intéresse suffisamment au sujet pour avoir commandé une étude en 2014 sur la manière dont il pourrait faire son entrée dans la gestion d’actifs, espérant être concurrentiel en privant des secteurs entiers de leurs intermédiaires, devenant ainsi la porte d’accès à l’information et à la prise de décsion.

2. Changements démographiques

Les mutations se poursuivent. Les femmes contrôleront bientôt une part plus grande des actifs, puisque les célibataires, les divorcées et les conjointes survivantes sont de plus en plus nombreuses. La génération du millénaire dépassera en nombre celle des Baby-Boomers, apportant avec elle ses attentes en matière numérique.

3. Attentes du nouveau client

La population d’aujourd’hui exige de la transparence et du contrôle en matière de gestion de fortune, comme d’éducation, de biens de consommation et dans d’autres secteurs. Elle exprime son désir de tarifs plus bas; la fidélité ne suffit plus à les faire rester quelque part. Quelque 90% des Baby-Boomers indiquent que la structure tarifaire est importante dans le choix d’un conseiller, mais ce sont 91% des membres de la génération X et 93% pour la génération du Millénaire. Une planification reposant sur les objectifs, orientée sur le conseil plutôt que sur le produit, est indispensable pour conquérir ce nouveau type de clients.

4. L’Ère numérique

Le numérique va gagner en importance, car il introduit l’agilité et l’effcacité dans les pratiques de la gestion de fortune. Alors que de nombreuses sociétés sont aujourd’hui sceptiques vis-à-vis des interactions virtuelles, 76% des investisseurs ne sont pas d’accord avec l’affirmation que «la technologie numérique limite le temps en face à face ou réduit la qualité de la relation avec le conseiller». Les investisseurs apprécieront majoritairement les relations collaboratives renforcées par la technologie numérique.

5. Réglementation

Le secteur est confronté à une réglementation accrue concernant la prévention des fraudes, la responsabilité fiduciaire et d’autres domaines, posant les bases de pratiques professionnelles plus saines qui aident à protéger le nouveau consommateur. Les gestionnaires de fortune et les banques privées sont contraints de réorganiser des secteurs clés de l’activité pour se conformer à ces changements en matière de gestion des risques.

La transformation numérique est arrivée. Rejoignez-nous le 16 novembre prochain au Geneva Wealth Tech Forum.